La Recherche

Bougez Contre la SLA s’engage à faire un don annuel à la recherche

La recherche est un domaine extrêmement complexe et coûteux.

La SLA, maladie encore considérée comme rare, ne bénéficie que de crédits de recherche limités de la part des organismes publics comme l’Inserm et le CNRS qui couvrent souvent l’entretien des infrastructures et les salaires des chercheurs mais ne suffisent pas pour financer les recherches.

 

DERNIERES PARUTIONS

La FDA a approuvé l’indication de l’EDARAVONE dans la SLA

Communiqué du 17/05/2017 rédigé par la filière SLA FILSLAN

 

L’indication de l’usage de l’Edaravone dans la SLA a été approuvée par la Food and Drug Administration (FDA) le 5 mai 2017. Cette décision fait suite à la communication lors du congrès de l’American Academy of Neurology qui s’est tenu fin avril 2017 à Boston, des résultats de l’étude phase III réalisée par Mitsubishi Pharma au Japon. Cette étude a porté sur un faible nombre de sujets en phase initiale de SLA (68 traités, 68 placebos) recevant pendant 6 mois, en cycles de 28 jours (14 jours de perfusions – 14 jours sans traitement) l’Edaravone ou le placebo.

 

Les résultats ont montré une moindre dégradation du score chez la population traitée, comparés à la population non traitée, sur la période de l’étude (différence de 2,5 points). De ce résultat est extrapolé un effet de réduction de 33% de la vitesse d’évolution de la maladie.

 

Des effets indésirables ont été observés chez environ 10% des personnes traitées : ecchymoses, eczéma, troubles de l’équilibre et maux de tête pour les plus fréquents.

 

L’Edaravone a été développé comme antioxydant dans les années 80. Cette molécule, commercialisée sous le nom de RADICAVA (ou de RADICUT) a été développée pour ses effets antioxydants. Elle est utilisée au Japon depuis de nombreuses années dans l’indication de prévention de séquelles d’accidents vasculaires cérébraux et dans la SLA.

Partagez-nous !